inesens

Animer les hommes et les entreprises


Poster un commentaire

La tempérance

temperance

La tempérance est sans doute la moins connue des quatre vertus cardinales, et aussi la plus complexe à mettre en œuvre. Ceux qui connaissent le mot tempérance l’assimilent à la limitation des désirs et plaisirs, le plus souvent physiques. Effectivement, une autre traduction de la tempérance pourrait être la modération mais elle ne se limite pas justement à la consommation d’alcool ou aux plaisirs de la chair. La tempérance c’est la gestion de soi : la capacité à ne pas laisser l’instinct et le désir gouverner nos vies, à garder le contrôle de soi.

On comprend mieux pourquoi le concept est tombé en désuétude ! Dans une société où la consommation est la fin et le moyen, où elle finit pour certains par définir l’identité, où les comportements agressifs sont valorisés au nom de la compétition, la modération a forcément mauvaise presse. Le marketing de soi a plus de succès que la gestion de soi. Vertu de l’intériorité, la tempérance ne s’expose pas bien sur les réseaux sociaux ;-) même si elle finit par se voir à l’extérieur, sans éclats avec douceur.

Lire la suite


Poster un commentaire

Prochain Diner des Optimistes le vendredi 7 octobre 2016, à Cabriès

diner-des-optimistes-071016Inesens, en partenariat avec la Ligue des Optimistes de France, vous invite à la huitième édition aixoise du Diner des optimistes.

« Cheminer vers l’optimisme avec sagesse » : c’est le programme que nous vous proposons pour aborder l’automne.

Pierre Bigazzi, philosophe et enseignant, est l’invité de cette édition. Du chemin de Compostelle aux voyages initiatiques sur les cinq continents, à sa rencontre avec des maîtres de sagesse comme le Dalaï Lama en passant par les écoles où il enseigne la philosophie managériale, Pierre a accumulé des trésors de sagesse dont il nous livrera les clés.

Rendez-vous le vendredi 7 octobre 2016 à 19 heures

à l’Auberge Bourrély, Rue René Cassin, 13480 Cabriès

Tarif : 36 €, cocktail dinatoire, boissons et café inclus.

Nombre de places limité.

S’inscrire : http://www.lepotcommun.fr/billet/0443xfmx

En savoir plus sur notre invité : http://pierrebigazzi.com/


Poster un commentaire

Prochain dîner des optimistes le 1er juillet au CIAM, à Aix-en-Provence

diner des optimistes 010716

Venez vivre la magie de l’optimisme le 1er juillet 2016 à Aix-en-Provence !

Pour notre prochaine édition du Diner des Optimistes Laurent Jupin, conférencier et magicien, nous fera découvrir l’optimisme sous un jour ludique … Ou comment joindre l’utile au merveilleux !

Laissons-le nous présenter lui-même son intervention et nous mettre en appétit : http://youtu.be/ivrnPdO6_4I

Son intervention se déroulera sous le chapiteau du Centre International des Arts en Mouvements, école de formation pour les professionnels du cirque, où nous serons régalés par notre traiteur optimiste : Chez Bern’s.

Alors venez fêter avec nous l’ouverture de la saison estivale !

Pour vous inscrire, c’est par ici :  www.lepotcommun.fr/billet/04wo2ecz

Au plaisir de vous retrouver nombreuses et nombreux.


1 commentaire

La force tranquille de la prudence

strategy for goal of your business

La prudence, est sans doute la vertu cardinale la plus décriée aujourd’hui. Associée à la notion de précaution et souvent opposée à l’audace, elle est devenue synonyme d’inaction, de frilosité voire de lâcheté. La mère « prudence » n’a couramment rien de protectrice et ressemble davantage à une empêcheuse de tourner en rond. Il est rare que nous louions les qualités d’un dirigeant en disant de lui « c’est un homme prudent ».

Pourtant, la prudence, du latin procul videns (qui voit loin) et pro videns (qui anticipe), est et reste une vertu essentielle du dirigeant. Car qu’est-il sinon celui qui dit ou fait émerger l’avenir pour son entreprise ? Difficile d’y parvenir pour celui qui s’agite au gré des variations du marché ou des actionnaires.

Puisqu’il faut défendre la prudence, redonnons-lui ses lettres de noblesse ou rendons lui ce qui lui revient :

La prudence ne s’oppose pas à l’action mais la rend possible en préservant l’intérêt général. Elle conduit au discernement, guide d’une décision juste. Pour ce faire, elle doit se fonder sur ce qui est bon pour l’être humain (et pas seulement pour moi).

Ainsi agir avec prudence nécessite d’approfondir des questions essentielles telles que :

  • Comment ma décision engage l’avenir de l’entreprise/des hommes ?
  • Est-ce que mon intérêt immédiat, s’il est privilégié, va produire des effets bénéfiques (ou pas) dans le long terme ?
  • Est-ce que mon analyse de la situation est suffisamment solide pour justifier la décision que je vais prendre ?

Ensuite, la prudence est acceptation du réel : je dois confronter ma vision à la réalité du marché, de ma situation, des atouts et faiblesses de mon entreprise pour y parvenir. Cela ne signifie pas que je prenne zéro risque, mais que je le mesure et le contrôle autant que possible. Une attitude qui déplait sans doute dans un monde où la volonté et le pouvoir fascinent. Lire la suite


Poster un commentaire

Le courage

courage

Tout le monde pense connaitre la définition du courage et pour autant, nous utilisons souvent ce terme de façon abusive.

Ainsi sera nommé « courageux » celui qui saute à l’élastique autant que celui qui sauve la vie d’un inconnu. Alors qu’il est évident que nous ne parlons pas tout à fait de la même chose… Car même s’il y a toujours un dépassement, il n’est pas forcément du même ordre.

Pourquoi le courage n’est pas toujours une vertu ?

Parce que l’on peut en faire preuve pour défendre uniquement ses propres intérêts ou nourrir son ego. Par exemple, le voleur peut agir avec courage et n’est pourtant pas vertueux.

La vertu, elle, nécessite d’oeuvrer dans le sens du bien commun.

C’est pourquoi nous vous proposons la définition suivante du courage : « combattre une peur pour aller vers l’idéal du bien commun. »

La peur que l’on doit dépasser n’est pas toujours celle d’un ennemi extérieur mais souvent celle qui nous est propre, comme par exemple : la peur de l’échec, celle de décevoir, celle d’être rejeté(e) …

Dans une société normative, finalement, le premier des courages c’est d’être et de penser par soi-même, renoncer au « prêt à penser » pour être en cohérence avec ses valeurs.

C’est pourquoi la persévérance et la patience sont les clés pour accéder à cette vertu. Celle-ci n’est jamais facile.

Il nous arrive aussi de confondre témérité et courage. Le téméraire n’est pas conscient ou nie le danger. Son accomplissement, il le trouve dans l’acte lui-même. En revanche le courageux est conscient du danger et choisit de s’y confronter.

Lire la suite