inesens

Animer les hommes et les entreprises


Poster un commentaire

Prochain dîner des optimistes le 1er juillet au CIAM, à Aix-en-Provence

diner des optimistes 010716

Venez vivre la magie de l’optimisme le 1er juillet 2016 à Aix-en-Provence !

Pour notre prochaine édition du Diner des Optimistes Laurent Jupin, conférencier et magicien, nous fera découvrir l’optimisme sous un jour ludique … Ou comment joindre l’utile au merveilleux !

Laissons-le nous présenter lui-même son intervention et nous mettre en appétit : http://youtu.be/ivrnPdO6_4I

Son intervention se déroulera sous le chapiteau du Centre International des Arts en Mouvements, école de formation pour les professionnels du cirque, où nous serons régalés par notre traiteur optimiste : Chez Bern’s.

Alors venez fêter avec nous l’ouverture de la saison estivale !

Pour vous inscrire, c’est par ici :  www.lepotcommun.fr/billet/04wo2ecz

Au plaisir de vous retrouver nombreuses et nombreux.


1 commentaire

La force tranquille de la prudence

strategy for goal of your business

La prudence, est sans doute la vertu cardinale la plus décriée aujourd’hui. Associée à la notion de précaution et souvent opposée à l’audace, elle est devenue synonyme d’inaction, de frilosité voire de lâcheté. La mère « prudence » n’a couramment rien de protectrice et ressemble davantage à une empêcheuse de tourner en rond. Il est rare que nous louions les qualités d’un dirigeant en disant de lui « c’est un homme prudent ».

Pourtant, la prudence, du latin procul videns (qui voit loin) et pro videns (qui anticipe), est et reste une vertu essentielle du dirigeant. Car qu’est-il sinon celui qui dit ou fait émerger l’avenir pour son entreprise ? Difficile d’y parvenir pour celui qui s’agite au gré des variations du marché ou des actionnaires.

Puisqu’il faut défendre la prudence, redonnons-lui ses lettres de noblesse ou rendons lui ce qui lui revient :

La prudence ne s’oppose pas à l’action mais la rend possible en préservant l’intérêt général. Elle conduit au discernement, guide d’une décision juste. Pour ce faire, elle doit se fonder sur ce qui est bon pour l’être humain (et pas seulement pour moi).

Ainsi agir avec prudence nécessite d’approfondir des questions essentielles telles que :

  • Comment ma décision engage l’avenir de l’entreprise/des hommes ?
  • Est-ce que mon intérêt immédiat, s’il est privilégié, va produire des effets bénéfiques (ou pas) dans le long terme ?
  • Est-ce que mon analyse de la situation est suffisamment solide pour justifier la décision que je vais prendre ?

Ensuite, la prudence est acceptation du réel : je dois confronter ma vision à la réalité du marché, de ma situation, des atouts et faiblesses de mon entreprise pour y parvenir. Cela ne signifie pas que je prenne zéro risque, mais que je le mesure et le contrôle autant que possible. Une attitude qui déplait sans doute dans un monde où la volonté et le pouvoir fascinent. Lire la suite


Poster un commentaire

Le courage

courage

Tout le monde pense connaitre la définition du courage et pour autant, nous utilisons souvent ce terme de façon abusive.

Ainsi sera nommé « courageux » celui qui saute à l’élastique autant que celui qui sauve la vie d’un inconnu. Alors qu’il est évident que nous ne parlons pas tout à fait de la même chose… Car même s’il y a toujours un dépassement, il n’est pas forcément du même ordre.

Pourquoi le courage n’est pas toujours une vertu ?

Parce que l’on peut en faire preuve pour défendre uniquement ses propres intérêts ou nourrir son ego. Par exemple, le voleur peut agir avec courage et n’est pourtant pas vertueux.

La vertu, elle, nécessite d’oeuvrer dans le sens du bien commun.

C’est pourquoi nous vous proposons la définition suivante du courage : « combattre une peur pour aller vers l’idéal du bien commun. »

La peur que l’on doit dépasser n’est pas toujours celle d’un ennemi extérieur mais souvent celle qui nous est propre, comme par exemple : la peur de l’échec, celle de décevoir, celle d’être rejeté(e) …

Dans une société normative, finalement, le premier des courages c’est d’être et de penser par soi-même, renoncer au « prêt à penser » pour être en cohérence avec ses valeurs.

C’est pourquoi la persévérance et la patience sont les clés pour accéder à cette vertu. Celle-ci n’est jamais facile.

Il nous arrive aussi de confondre témérité et courage. Le téméraire n’est pas conscient ou nie le danger. Son accomplissement, il le trouve dans l’acte lui-même. En revanche le courageux est conscient du danger et choisit de s’y confronter.

Lire la suite


Poster un commentaire

Le 11 mars 2016 : prochain diner des optimistes

prendre la vie du bon coteEn partenariat avec La Ligue des Optimistes de France, Inesens organise la sixième édition aixoise du « Dîner des Optimistes » qui aura pour thème le pouvoir de la pensée positive !

Qui n’a pas connu un réveil difficile du mauvais pied, se demandant comment retourner la situation pour passer une belle journée ? La pensée positive peut être la baguette magique qui nous fait parfois défaut. Christophe Genre Jazelet, spécialiste de l’intelligence collective et auteur du livre « Et si je prenais la vie du bon côté, les secrets de la pensée positive ! » sera notre invité ce vendredi 11 mars 2016 à 19h30 à l’Auberge Bourrelly à Cabriès !

Venez écouter et expérimenter les pouvoirs de la pensée positive dans la joie et la bonne humeur !

Inscription obligatoire et nombre de place limité !

Information : diner.des.optimistes.aix@gmail.com
Inscription : www.lepotcommun.fr/billet/ycbud34q


Poster un commentaire

2016, année de la vertu ?

Pourquoi cBusinessman Writing the Word "Ethics"ette proposition qui peut sembler saugrenue ?

Parce qu’en 2015 nous avons, souvent de façon brutale, ouvert un peu plus les yeux sur les bouleversements que nous vivons et la nécessité de nous transformer. Tensions mondiales, accélération du réchauffement climatique et baisse de la croissance se sont conjugués plus que jamais nous amenant aux limites extrêmes de notre modèle.

Nier que nous connaissons la fin d’une ère, que nous traversons une crise économique mais aussi morale, nous semble désormais impossible.

Pour autant, il est difficile d’appréhender complètement la situation et de savoir comment en sortir tant les causes comme les enjeux sont multiples, enchevêtrés.

Nous sommes plongés au coeur la complexité ! Alors comment s’y retrouver ou plutôt comment se retrouver ?

Nous avons la conviction que la philosophie est un guide précieux dans cette période de mutation, en conduisant d’abord à une réflexion sur soi-même pour se ré approprier le monde.

C’est le sens de la maxime inscrite sur le temple de Delphes « connais-toi toi-même … et tu connaîtras l’univers et les dieux ». La connaissance de soi est accomplie pour comprendre le monde plus encore que soi-même.

Car pour agir dans la complexité, les vieilles recettes ne fonctionnent plus. L’accumulation de biens et de savoirs ne sont plus efficaces. Nos véritables ressources sont internes et résident dans notre capacité à penser le monde différemment pour retrouver des possibilités d’agir.

Lire la suite

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.